Les princesses n’attendent plus leurs princes sanglants


Performance - La marche des princesses rebelles

TERRITOIRE #5.5
Les princesses n'attendent plus leurs princes sanglants
festival de performances dans l'espace public
openspace Nançy
30.07.22> 31.07.22
Curateur: Vincent Verlé
Avec le soutien de Kultur | lx – Arts Council Luxembourg

Artistes :
Céline Ahond, Rachele Borghi, Ana Colute, Paola Daniele, Marinette Dozeville,O.K Kanlongi, Camilla Penzo, Slavina, Aïda Schweitzer

☛ https://www.kulturlx.lu/aida-schweitzer-invitee-au-festival-de-performances-territoire/
https://www.opn-space.com/

THE MILKY WAY


Artistes :
Victoria Ananyan • Victoria Ananyan • Catherine Braslavsky • Corine Borgnet • Pierre-Antoine Chardel • Iglika Christova • Pascal Convert • Chantal Colleu-Dumond • Cécile Croce • Jacob Dahl Rendtorff • Tatiana Drozd • Hervé Fischer • Alexandre Gefen • Géraldine Gomez • Emeline Gougeon • Alexei Grinbaum • Norbert Hillaire • Michel Jeandin • Olivier Kaeppelin • Olga Kisseleva • Rachel Labastie • Isabelle de Maison Rouge • Laura Nillni • ORLAN • Christian Pallatier • Aïda Patricia Schweitzer • Roland Salesse • Taisiya Savchuk-Polishchuk • Catherine Braslavsky • Corine Borgnet • Pierre-Antoine Chardel • Iglika Christova • Pascal Convert • Chantal Colleu-Dumond • Cécile Croce • Jacob Dahl Rendtorff • Tatiana Drozd • Hervé Fischer • Alexandre Gefen • Géraldine Gomez • Emeline Gougeon • Alexei Grinbaum • Norbert Hillaire • Michel Jeandin • Olivier Kaeppelin • Olga Kisseleva • Rachel Labastie • Isabelle de Maison Rouge • Laura Nillni • ORLAN • Christian Pallatier • Aïda Patricia Schweitzer • Roland Salesse • Taisiya Savchuk-PolishchukCorine Borgnet, Céline Cléron, Olga Kisseleva • Rachel Labastie, Léa Le Bricomten Isabelle Lévénez • Milena Massardier • Myriam Méchita

𝘛𝘩𝘦 𝘔𝘪𝘭𝘬𝘺 𝘞𝘢𝘺 𝘪𝘴 𝘢 𝘱𝘳𝘰𝘫𝘦𝘤𝘵 𝘣𝘺 𝘤𝘶𝘳𝘢𝘵𝘰𝘳 𝘛𝘢𝘪𝘴𝘪𝘺𝘢 𝘗𝘰𝘭𝘪𝘴𝘩𝘤𝘩𝘶𝘬, 𝘢𝘳𝘵𝘪𝘴𝘵 𝘖𝘭𝘨𝘢 𝘒𝘪𝘴𝘴𝘦𝘭𝘦𝘷𝘢 𝘢𝘯𝘥 𝘥𝘦𝘴𝘪𝘨𝘯𝘦𝘳 𝘛𝘢𝘵𝘪𝘢𝘯𝘢
Le pavillon de Saint-Marin à la prochaine Biennale de Venise 2022, la Fondation Aleksandr Savchuk, basée à Mariupol (Ukraine), expose The Milky Way, un projet de Tatiana Drozd, Olga Kisseleva et Taisiya Polishchuk. Née d'une préoccupation écologique, l'œuvre, impliquant les danseuses Victoria Ananyan et Simone Tribuna, ainsi que la compositrice et interprète Catherine Braslavsky, ouvre son propos et sa réflexion en réaction aux événements tragiques qui se déroulent aujourd'hui en Ukraine.La volonté initiale de l'équipe composée d'artistes russes, ukrainiens, français, arméniens et italiens, est de penser à une réparation de notre environnement naturel désormais étendu. Il ne s'agit plus seulement de penser à une réparation écologique du monde mais d'en envisager une plus politique, une réponse à la fois artistique et humaine.Pour accompagner la présentation de La Voie lactée, un catalogue rassemblant les paroles d'une trentaine d'artistes, d'intellectuels et de chercheurs. Ils ont répondu à la question "Comment l'art peut-il réparer le monde ? Ce catalogue est distribué pendant la Biennale de Venise.

Palazzo Donà dalle Rose
Fondamenta Nove 5038,
Venezia19 Avr. 2022 - 27 nov. 2022

https://www.artshebdomedias.com/article/la-voie-lactee-a-la-biennale-de-venise/

 

 

Les maux tatoués sur mon corps ont parlé


Dans le cadre de l'exposition Femmes guerrières, femmes en combat // Commissariat Isabelle de Maison Rouge

Performance samedi 19 mars 2022 // Topographie de l'Art à Paris

Aïda Schweitzer présente une performance, multiple dans son expression - féministe et engagée. Les représentations
des combats menées depuis des décennies pour s'affranchir du poids patriarcal et une déconstruction des rôles
assignés qui nous collent à la peau sont questionnés et bousculés.

Le poids des maux: Depuis des années, j'ai gardé précieusement les messages injurieux, les propositions indécentes,
les réflexions misogynes que j'ai reçu dans une volonté d'attirer l'attention du public face aux discours antiféministes,
misogynes et violents dont nous subissons les conséquences, traces invisibles que je rends visible en les tatouant au
henné sur mon corps.

Le public est invité à venir effacer les traces des "maux // mots" tatoués sur mon corps prenant part à un acte de
solidarité. Ils/elles auront beau essayer d'effacer ces traces, elles résisteront dans le temps pour s'effacer peu à
peu. Régulièrement des photos de ses traces seront postées sur les réseaux sociaux. Un message de résistance, de
nos souffrances, de nos luttes et de nos combats et un hommage à la guerrière Isabelle Lévénez.

  https://www.youtube.com/watch?v=zrMrq10dH9s

Photo © Jean-Noël Martin  http://jeannoelmartin.com

Bio


Aïda Patricia Schweitzer

Née en 1968 à Metz en France, Aïda (son nom d’artiste et prénom d’origine changé après son adoption) Patricia Schweitzer vit à Luxembourg. Ses processus de création proposent au public une lecture codée, à travers un corpus d’œuvres variés, déployé et articulé de manière récurrente sous le mode opératoire d’une lecture critique de notre société. En renversant le regard face aux codes établis, en questionnant les traces de la mémoire, du temps passé et présent et de l’identité telle une mise à l’épreuve des représentations.

Elle s’intéresse et développe en parallèle de ses travaux de plasticienne un art de la performance singulier et audacieux qui génère un univers surprenant résolument contestataire, iconoclaste et engagé. Cette artiste multidisciplinaire investit et explore les enjeux symboliques du corps, de la matière dans une articulation plastique qu’elle nomme transitoire.

Depuis 2009, elle a réalisé plusieurs expositions individuelles, notamment à la Galerie Nosbaum Reding Project soutenu par son directeur Alex Reding à Luxembourg. Des collaborations avec le Casino Luxembourg – Forum d’art contemporain à Luxembourg où elle vient d’être sélectionnée lors d’un appel d’artiste dans le cadre des 25 ans du Casino.

Elle intègre suite à une audition en tant que performeuse, le projet (in)VISIBLE – (un)SICHTBAR TOTAL THEATRE – Sarrebruck, Luxembourg, Liège, Thionville – avec les artistes allemands Angie Hiels et Roland Kayser artistes, chorégraphes et performers.

En 2013 Faux Mouvement centre d’art contemporain Metz- France filme une performance de l’artiste, diffusée au centre d’art contemporain et vient enrichir leurs documentations d’artistes.

Invitée à participer à une performance à la Biennale de Venise en 2017 par l’artiste Jelili Atiku (Nigéria), une expérience qui a renforcé ses liens avec l’Afrique.

L’année passée (2020) une collaboration se dessine avec Mohamed Rachdi Directeur de H2/61.26 à Casablanca pour une résidence d’artiste de plusieurs semaines, accompagnée par Julie Crenn commissaire d’exposition et historienne de l’art (reportée) pour cause de pandémie.

Christelle Schaffner – HISTORIENNE DES ARTS indépendante France – Luxembourg

Aïda Schweitzer est membre de l’association des artistes plasticiens du Luxembourg