Biography

Aïda Patricia Schweitzer

Née en 1968 à Metz en France, Aïda (son nom d’artiste et prénom d’origine changé après son adoption) Patricia Schweitzer vit à Luxembourg. Artiste autodidacte avec un parcours singulier, elle a commencé par une brillante carrière internationale dans le monde de la coiffure. Repéré par Jean Louis Deforges à Paris, il lui propose de s’occuper des scénographies lors des défilés de mode dans lesquels elle coiffe.

De nouveaux champs d’activités s’ouvre à elle et lui permet de se réinventer.

Ses processus de création proposent au public une lecture codée, à travers un corpus d’œuvres variés, déployé et articulé de manière récurrente sous le mode opératoire d’une lecture critique de notre société. En renversant le regard face aux codes établis, en questionnant les traces de la mémoire, du temps passé et présent et de l’identité telle une mise à l’épreuve des représentations.

Elle s’intéresse et développe en parallèle de ses travaux de plasticienne un art de la performance singulier et audacieux qui génère un univers surprenant résolument contestataire, iconoclaste et engagé. Cette artiste multidisciplinaire investit et explore les enjeux symboliques du corps, de la matière dans une articulation plastique qu’elle nomme transitoire.

Depuis 2009, elle a réalisé plusieurs expositions individuelles, notamment à la Galerie Nosbaum Reding Project soutenu par son directeur Alex Reding à Luxembourg. Des collaborations avec le Casino Luxembourg – Forum d’art contemporain à Luxembourg où elle vient d’être sélectionnée lors d’un appel d’artiste dans le cadre des 25 ans du Casino.

Elle intègre suite à une audition en tant que performeuse, le projet (in)VISIBLE – (un)SICHTBAR TOTAL THEATRE – Sarrebruck, Luxembourg, Liège, Thionville – avec les artistes allemands Angie Hiels et Roland Kayser artistes, chorégraphes et performers.

En 2013 Faux Mouvement centre d’art contemporain Metz- France filme une performance de l’artiste, diffusée au centre d’art contemporain et vient enrichir leurs documentations d’artistes.

Invitée à participer à une performance à la Biennale de Venise en 2017 par l’artiste Jelili Atiku (Nigéria), une expérience qui a renforcé ses liens avec l’Afrique.

L’année passée (2020) une collaboration se dessine avec Mohamed Rachdi Directeur de H2/61.26 à Casablanca pour une résidence d’artiste de plusieurs semaines, accompagnée par Julie Crenn commissaire d’exposition et historienne de l’art (reportée) pour cause de pandémie.

Christelle Schaffner – HISTORIENNE DES ARTS indépendante France – Luxembourg